La colonisation

Mais non, y a rien d'étonnant. Je vous ai fait marché. Avant sa découverte, des Indiens peuplaient la surface qu'on appelle maintenant le Canada. Combien d'Indiens ? Ces gens ne tenaient pas de registres. Leur mode de vie différait beaucoup de celui des envahisseurs. Ils se regroupaient en tribus sous l'autorité d'un chef. Difficile d'imaginer la réaction de ces indiens à l'arrivée d'étrangers sur leurs terres. La curiosité joua sûrement un rôle de part et d'autre pour les premiers contacts. Par la suite les choses vont se compliquer.

Je me souviens de la façon dont on nous parlait des indiens à l'école. Ces "peaux rouges" nous avaient causé bien des soucis. De vrais sauvages ! On insistait abondamment sur le cas des martyrs des pères Brébeuf et autres jésuites pour démontrer le barbarie de ces indiens. Mais il faut se méfier de l'Histoire, on la confond trop souvent avec la vérité. Les vainqueurs ont tendance à se donner le beau rôle, ce qui provoque une distortion des faits. S'il est vrai qu'il y a eu des guerres impliquant les Indiens, ces derniers n'en sont pas les instigateurs. Pour s'en convaincre et comprendre ce qui s'est réellement passé il faut chercher le mobile du crime, comme dans les enquêtes policières et surtout, placer les événements dans leur contexte.
Deux indices importants à souligner:

1. À cette époque les européeens dominaient la planète, pour la bonne raison qu'ils furent les premiers à développer les armes à feu portatives, ce qui leur donna un avantage définitif sur les champs de bataille. On peut donc comparer leur comportement dans ce temps-là avec l'arrogance des américains de nos jours. Forts de leur pouvoir ils débarquèrent non pas en visiteurs mais en conquérants. La preuve ? Jacques Cartier débarqua sur un continent inconnu, planta une croix dans le sol et déclara prendre possession de la terre. Il faut être culotté en sacrament! Malgré cela Cartier put s'entendre avec les Amérindiens de la région et fut autorisé à instaurer une colonie française. (C'est pas moi qui le dit mais les livres d'Histoire. Moi j'étais pas là.)

J'insère ici un extrait du texte "Les Algonquins de Val d'Or" écrit par un ex-confrère du Collège de Rouyn, Richard Desjardins. Dans cet extrait on peut mieux s'imaginer le contexte des premiers contacts avec les Indiens.
Les Agonquins de Val d'or

Avant la visite de Jacques Cartier, les Autochtones de la vallée du Saint-Laurent ne voyaient leurs propres visages que dans l’eau calme d’un lac ou dans les yeux d’un autre.

Les Français sont arrivés avec des miroirs. L’effet que ç’a eu ! Comme une télévision céleste. Et puis, et surtout, ces couteaux, ces haches en métal de fer ! Il n’existait pas ici, à fleur de terre, d’élément fusible capable de liquéfier le minerai à 1538 centigrades – comme le charbon pouvait le faire – pour en sortir du vrai fer. En Europe, oui.

Pour ces haches, ces couteaux, pour ces miroirs, les Indiens du Saint-Laurent étaient prêts à donner beaucoup aux Français. Même ouvrir « at large » leur propre territoire, pour les guider vers ce qu’ils convoitaient par-dessus tout, les castors. Ils pouvaient les localiser jusqu’à l’ultime nouveau-né, depuis le lac des Deux-Montagnes jusqu’au grand lac Abitibi. Leur domaine couvrait plus grand que l’Angleterre. Le feutre des castors donnait des chapeaux « haut-de-forme » qu’arboraient à l’époque les maîtres de l’Europe. La cohabitation se passait relativement bien.

Aussi, ils avaient intérêt à s’allier avec les Français pour mieux se protéger de leurs éternels voisins belliqueux, invasifs, qui avaient réussi à prendre le contrôle des Grands Lacs et n’entendaient pas s’y cantonner : les Iroquois. Eux aussi s’agitaient dans le business du castor, mais avec les Anglais de New York, qui, en plus de les payer en double, leur fournissaient des fusils et de la boisson pour les allumer, choses prohibées en Nouvelle-France. Quand ils eurent exterminé les castors de leur territoire, ils ne se gênèrent pas pour aller voler la dernière peau dans le fond de l’Abitibi anishinaabe, jusqu’à Kanasuta.

2. Autre indice d'importance : la France ne fut pas le seul pays dans la course au Nouveau Monde. Le Portugal, l'Espagne, l'Angleterre financèrent des explorations pour se partager le gâteau. La compétition pour les terres s'envenima de celle pour la traite des fourrures, un commerce très lucratif qui attisa la cupidité des nouveaux venus. (Par chance pour eux, BB n'était pas née à cette époque.) Tous ces ingrédients rassemblés, la table était mise pour un bain de sang. Je vous l'ai dit, c'est une affaire de fric.

3. Pour le contexte voici un extrait d'une page de Wikipedia qui exprime mieux que je ne le pourrais les effets de la colonisation sur les indiens.
Wikipedia. Les Amérindiens
La colonisation européenne a été un événement central et dramatique pour les différents peuples amérindiens. Souvent réduits en servitude ou esclavage, chassés de leurs territoires, victimes d'épidémies apportées par les colons, ces peuples furent également tragiquement confrontés à la disparition de leur organisation sociale traditionnelle et de leur mode de vie, et à la transformation par les colons des paysages, de l'occupation des sols, de l'architecture urbaine ou rurale dont ils étaient les concepteurs et qui traduisaient le génie propre des civilisations précolombiennes. Les effectifs de leur population ne cessèrent de diminuer depuis le XVe siècle, et de nombreux peuples disparurent entièrement, et avec eux leur langue et leur culture.

Comme vous voyez, les Indiens n'ont pas à se reprocher le déclenchement des guerres. Loin d'être belliqueux, ils n'offrirent aucune résistance à la colonisation, au début à tout le moins. Pourquoi ? Je l'ignore. Peut-être s'attendaient-ils à ce que les étrangers partent d'eux-mêmes comme d'autres explorateurs avaient fait avant eux. Peut-être voyaient-ils des profits à en tirer ? Suivant leurs coutumes, ils ont offert l'hospitalité. Puis devant les vagues successives d'arrivants les indiens ont été pris au dépourvu, ils ont compris trop tard l'intention des étrangers d'envahir le territoire. Que pouvaient-ils faire ? Ils n'avaient pas les moyens militaires pour s'y opposer. Ils ont fait des alliances et ces alliances les ont entraînés dans des conflits entre les Anglais et les Français.

Je ne voudrais pas pour autant donner l'impression que les Indiens sont des anges. Comme tous les peuples ils ont commis des crimes, tantôt pour occuper des territoires, tantôt pour faire main basse sur les richesses des autres. Je le dis sans preuve mais je n'en ai pas besoin, ce sont des humains comme les autres. Ils ont eu le malheur d'avoir affaire à des gens plus puissants et très cupides issus d'une civilisation moderne et plus matérialiste. À bien y penser, que le territoire se fasse envahir n'était qu'une question de temps. La mentalité des Indiens les mettait en position de faiblesse. Le reste du monde évoluait, la population mondiale augmentait sans cesse, construisait, innovait pour s'adapter et survivre. Les Indiens vivaient encore comme leurs ancêtres. Ça ne pouvait pas durer.

Que sont-ils devenus ? J'en fais le sujet du prochain chapitre.


***********

Avertissement: le contenu de cet article n'engage que son auteur, moi-même.

commentaires des visiteurs
Il y a 0 commentaire(s) sur cet article
voir les commentaires

retour à l'accueil


Cette page a été vue 110 fois !